L’érysipèle : qu’est-ce donc ?

admin

Maladie

No comments

3 décembre 2016

L’érysipèle est une infection de la peau. Elle est due à une bactérie de type streptocoque. Il apparait généralement au niveau des jambes et du visage bien qu’elle peut très bien atteindre tout le corps. L’érysipèle s’accompagne de fièvre et de vives douleurs.

Identifier les symptômes de l’érysipèle

Une montée brusque de fièvre est le premier symptôme de l’érysipèle qui s’accompagne de frissons généralisés. Toutefois, bien que très rares, des cas d’érysipèle sans fièvres peuvent aussi apparaitre. Par la suite, des plaques rouges luisantes, enflées et douloureuses apparaissent. Les plaies sont douloureuses et chaudes au touché. Les ganglions situés à proximité des plaies augmentent parfois de taille.
Il est aussi possible de constater un décollement de l’épiderme secondaire à cause de la constitution de bulles superficielles.

Connaitre les facteurs de risque

En général, une peau abîmée est sujette à ce type d’infection. Ces plaies ouvertes, aussi petites soient-elles, permettent aux bactéries de traverser la barrière cutanée. Une insuffisance veino-lymphatique favorise l’apparition de l’érysipèle sur la peau. Sinon, certaines pathologies constituent des facteurs de risques comme le diabète et le tabagisme.
Cette infection peut atteindre les enfants comme les adultes. Mais, il est important de noter que l’incidence de la maladie augmente avec l’âge. Ainsi, les risques sont plus sérieux à partir de 40 ans.

Savoir les traiter l’érysipèle

En principe, comme toute infection bactérienne, l’érysipèle se traite facilement avec des antibiotiques. La pénicilline, par voie intraveineuse ou par voie orale durant une quinzaine de jours, permet de traiter efficacement l’érysipèle.
Toutefois, même si l’érysipèle est une inflammation, il est déconseillé d’utiliser des anti-inflammatoires non stéroïdiens à l’instar de l’ibuprofène. En effet, ils masquent les symptômes pouvant ainsi retarder le diagnostic favorisant les risques de complications.
Le traitement peut aussi s’accompagner par d’autres médicaments notamment ceux qui sont prescrits pour diminuer les douleurs et la fièvre. Tout au long du traitement, un repos au lit est vivement recommandé au sujet.
Accompagner le traitement antibiotique avec des soins naturels est conseiller pour éviter les récidives. C’est le cas notamment avec l’aromathérapie et la photothérapie.

Connaitre les complications

À défaut de traitement par des antibiotiques, il peut arriver une dissémination de la bactérie au niveau des tissus profonds sous la peau voire même dans l’organisme. Avec une prise en charge antibiotique, ces risques sont réduits jusqu’à 5% des cas. Enfin, des récidives chez les sujets à risques nécessitent une prise en charge dans un milieu hospitalier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *